L’ascension du volcan Acatenango : face au souffle de Fuego

L’ascension du volcan Acatenango : face au souffle de Fuego

L’ascension du volcan Acatenango, au Guatemala, vous emmène au sommet de l’un des plus hauts volcans guatémaltèques. Depuis ce perchoir, on peut admirer les éruptions du volcan Fuego, dans un torrent déchaîné de fumée, de lave et de pierres rougeoyantes. Vivez cette expédition incroyable comme si vous y étiez et préparez-vous à une expérience qui vous marquera à vie. 

Randonnée sur Acatenango, l’expédition d’une vie

Ce trek de deux jours vous donne l’opportunité de gravir les flancs d’Acatenango et de camper sur ce vertigineux volcan de 3 976 m d’altitude. L’ascension, bien que très éprouvante physiquement, vous offre à la fin la plus belle des récompenses : le spectacle irréel des éruptions de Fuego, l’un des derniers volcans encore en activité du Guatemala.

Tous les jours, à toute heure, Fuego, le feu, crache une pluie de lave et de fumée sombre. Cette scène époustouflante de beauté et de puissance est à voir au moins une fois dans sa vie. Croyez-moi, j’ai fait cette ascension 5 fois, et il est impossible de s’en lasser.

Cette excursion, parmi d’autres activités telles que la visite des temples de Tikal ou une escapade au lac Atitlán, vous est proposée par Feliz-Voyage. En petit groupe de 1 à 4 personnes, vous serez accompagné par une famille de guides et de porteurs locaux. Ils connaissent chaque recoin et chaque sentier sur le bout des doigts et vous guideront avec sécurité durant toute la randonnée. 

Conseils, création d’itinéraire sur-mesure, proposition d’hébergement, Feliz-Voyage est à l’écoute de vos envies pour faire de votre voyage au Guatemala un séjour mémorable.

L’ascension d’Acatenango, comme si vous y étiez

Il est 8 heures du matin à Antigua et nous rencontrons Mario, notre guide sur cette ascension. Après un trajet d’environ 1h, nous voici au village de Soledad, le point de départ de la randonnée situé à 2400m d’altitude. L’aventure commence !

Du départ à l’arrivée au campement

Mario nous entraîne sur 1200 mètres de dénivelé, surplombant les champs de maïs à perte de vue. Au loin, on peut apercevoir un fragment du quotidien des fermiers guatémaltèques, s’affairant depuis l’aube sur leurs lopins de terre. 

À moins d’être un marcheur averti, cette première portion de route est difficile : la pente y est rude et le sol volcanique particulièrement glissant. Nos muscles encore assoupis sont mis à l’épreuve, et les rayons du soleil se font écrasants à mesure que les heures défilent. Tenez bon, nous arrivons enfin dans la cloud forest, la forêt des nuages. 

Ces sous-bois très denses tiennent leur nom de l’épais brouillard qui plane souvent sur les lieux. Lentement, on se fraye un chemin dans un enchevêtrement d’arbres et de végétation sauvage aux allures de jungle, jusqu’à ce que sonne l’heure du déjeuner. Au cœur de la masse compacte de la forêt, on ne s’en rend pas bien compte, mais on est déjà à 3330 m d’altitude

Après un savoureux pique-nique fait maison, s’ensuit encore 1h30 de marche. À travers le rideau de pins, on distingue dans l’horizon le cône parfait du volcan Agua, nous épiant avec bienveillance. Les derniers mètres de la randonnée s’accompagnent des crépitements de Fuego qui retentissent déjà au loin, tels des encouragements à continuer. 

Ascencion ACATENANGO 1
Première partie de l’ascension du volcan Acatenango –
A travers les champs agricoles sur flan de volcan

L’éruption de Fuego, un spectacle flamboyant

Le camp de base, où nous dormons ce soir, se situe juste en face du volcan Fuego, à 3550 m d’altitude. Il est 16h, la nuit sera là dans deux heures : place au spectacle

Dans la lumière qui précède le crépuscule, on ne distingue pas encore la lave, mais de spectaculaires panaches de fumée gris anthracites. Ils s’élèvent vers le ciel et l’obscurcissent de leurs masses gigantesques. En fond sonore, le fracas des explosions résonnent à des kilomètres à la ronde. Face à ce géant de feu, vieux de plusieurs centaines de milliers d’années, on se sent petit, autant en âge que en taille… 

Petit à petit, la vallée en contrebas se drape d’un habit de nuage opaque. Le soleil se couche sur la côte pacifique et balaye le ciel de nuances rouges-orangées. Dans ce paysage auréolé de couleurs et de brume, la silhouette de Fuego se détache, plus imposante que jamais. 

PAYSAGE - FUEGO - ERUPTION 1
Le volcan Fuego au crépuscule

Tandis que la lumière disparaît, le rouge de la lave se révèle enfin dans l’obscurité qui s’installe. À chaque éruption, Fuego nous gratifie d’une danse flamboyante, d’où s’envolent des morceaux de roche incandescente. Quel spectacle, quelle vision extraordinaire !

Les minutes, les heures défilent sans que l’on s’en rende compte, tellement absorbés par cette scène hypnotisante. On ne peut véritablement comprendre la magie et la beauté de ce moment qu’en le vivant de nos propres yeux. 

Alors que les températures se rafraîchissent et que le vent se lève, il est temps de se regrouper autour du feu de camp pour déguster un délicieux repas chaud et réconfortant, préparé par Mario. En toile de fond, Fuego continue son envoûtant ballet écarlate, imperturbable.

Vers 20h, le sommeil se fait sentir et il est temps de regagner sa tente pour se blottir dans son sac de couchage. Dans le silence profond de la nuit, on peut encore entendre le son des pierres qui jaillissent du cratère et dévalent les flancs nus et désolés du volcan en furie. Difficile de résister à la tentation d’entrouvrir de temps en temps la toile pour ne manquer aucune miette de la scène. 

Au sommet d’Acatenango, une vue à 360°

Le lendemain matin, le réveil se fait vers 5h, aux petites lueurs de l’aube. À peine les dernières gouttes de thé avalées, commence alors l’ascension finale jusqu’au sommet d’Acatenango. Dans la matinée encore sombre, seule la lumière des lampes frontales éclaire le sentier abrupt. Nos membres encore ensommeillés se meuvent avec lenteur, et plusieurs pauses ponctuent cette dernière heure et demi de montée. 

Le décor grandiose se dévoilant tout autour nous donne des ailes, et, enfin, nous y voilà ! Perchés à 3 976 m de hauteur, nous nous trouvons sur le cratère d’Acatenango, ce volcan en dormance où règne une atmosphère paisible. Un vent frais et cinglant fouette nos visages émerveillés. 

Au sommet d’Acatenango,
le spectacle que nous offre Fuego sous un nouvel angle.

C’est un véritable tableau vivant du Guatemala qui se dépeint sous nos yeux :  les volcans Agua  et Pacaya, la crête des vagues sur la côte pacifique, et même le lac Atitlán au loin, niché entre ses trois volcans. Et, bien sûr, le majestueux Fuego, que l’on découvre sous un autre angle, le dominant légèrement en hauteur.  

Le soleil perce doucement à travers une mer de nuages vaporeux et colore le jour de reflets bariolés. Devant cette vue à 360° d’une rare beauté, le temps se suspend. On a envie que ce moment magique ne s’arrête jamais. 

Finalement, les premiers gargouillis se font entendre dans nos ventres affamés et l’on entame le retour au camp de base. On y déguste un petit-déjeuner complet, contemplant Fuego une toute dernière fois. Enfin, il est l’heure de rentrer : c’est parti pour une longue et pénible descente d’environ 2h30 jusqu’au village de la Soledad.

Dans le véhicule nous ramenant à Antigua, les paupières sont lourdes de sommeil. Là, les yeux clos, on se laisse envahir par les souvenirs incroyables de ces deux derniers jours.

Indications / Contre-indications :

C’est une activité pour des adultes et jeunes adultes en bonne santé. Attention aux problèmes de genou, vos genoux seront très solicités à la descente. ( Consulter votre mèdecin).

Pour les enfants à partir de 11/13 ans si l’enfant est sportif et particulièrement vaillant. Il s’agit de 5 heures de marche exclusivement en montée le premier jour. Le lendemain (1h30 de montée pour le sommet et 40 minutes de descente jusqu’au campement (première partie, facultative, l’enfant peut rester au campement avec un de ses parents.) Pour finir, 2h30 de descente du campement jusqu’au village où est stationné la voiture de votre guide ou le mini-bus.

Articles récents :

Étiqueté , ,

Laisser un commentaire

Ce qui est sûr, c'est que vous ne viendrez pas au Guatémala par hasard